Publié le 14 juin 2016 à 14h06 (il y a 4 années environ) dans « Environnement »
Lutte contre l’enlianement par Merremia peltata : le rapport intermédiaire
Lutte contre l’enlianement par Merremia peltata et réhabilitation de la dynamique forestière de la forêt départementale des Monts Bénara.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

A l’échelle globale, le rôle des forêts tropicales humides est avéré dans deux domaines particulièrement importants pour l’avenir de nos sociétés: la régulation des climats et la conservation de la biodiversité.

A l’échelle de Mayotte, les forêts participent à la préservation de la ressource en eau douce et leur présence constitue une barrière à l’érosion massive des sols palliant l’envasement du lagon. Ces services écosystémiques sont encore peu mesurés néanmoins on en perçoit bien les enjeux qu’ils soient économiques, écologiques, politiques ou sociaux. Les milieux pouvant effectivement être qualifiés de forêts ne représentent qu’une fraction limitée du territoire mahorais estimée à 8% de la superficie1. Elles couvrent principalement les reliefs et sols pentus de l’île et concentrent une large majorité d'espèces indigènes ou endémiques notamment une faune remarquable, tels que le Drongo de Mayotte, le Pigeon et le Founingo des Comores, oiseaux endémiques.

Ces formations englobent les dernières zones sanctuaires des écosystèmes naturels et de la biodiversité insulaire (surface estimée à environ 1100 ha). Le gestionnaire forestier qui est chargé de protéger et de valoriser ces espaces est ainsi investi d’une grande responsabilité. D’autant plus que les forêts tropicales humides représentent des espaces naturels terrestres parmi les plus complexes de la planète et que les connaissances actuelles, pourtant importantes, ne permettent toujours pas de fournir des réponses tranchées sur leur dynamique et leur rôle (PASCAL, 2003).

Le Service des Ressources Forestières : gestionnaires des forêts départementales

LeConseil départemental de Mayotte est propriétaire de trois quarts des domaines classés en forêts publiques de l’île, soit 4 456 ha sur une totalité de 5 589 ha. Il en assure la gestion via son Service des Ressources Forestières (SRF) – rattaché à la Direction de l’Agriculture, des Ressources Terrestres et Maritimes (DARTM). En s’appuyant sur les dispositions du code forestier national et les Orientations Forestières du Département de Mayotte (OFDM) valant Schéma Régional d’Aménagement, le SRF assure la surveillance, la protection, l’aménagement et la valorisation du patrimoine naturel des forêts départementales au travers de trois axes essentiels : la protection des milieux et des espèces remarquables, la valorisation des produits forestiers et l’accueil du public. A ce titre, la lutte contre l’enlianement est d’importance stratégique pour préserver les derniers reliquats de forêts dites naturelles présents à Mayotte.

Document à télécharger