Publié le 29 septembre 2016 à 07h50 (il y a 4 années environ) dans « Économie »
Les problèmes structurels de la mer et du littoral à Mayotte évoqués au CNML
Madame Fatima Souffou, la première vice-présidente du Conseil départemental de Mayotte aux côtés de Madame Catherine CHABAUD la Déléguée à la mer et au littoral et son adjoint Olivier LAROUSSINE après la réunion du Conseil National de la Mer et du Littoral.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

Le 22 septembre dernier, Madame Fatima Souffou, la première vice-présidente du Conseil départemental de Mayotte a participé à Paris, à une réunion du Conseil National de la Mer et du Littoral en tant que représentant du conseil maritime ultramarin de la Zone sud de l’océan indien, en présence notamment de Madame Catherine CHABAUD la Déléguée à la mer et au littoral et son adjoint Olivier LAROUSSINE.

 Le Conseil national de la mer et des littoraux (CNML) a été créé par la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement et remplace ainsi le Conseil national du littoral et le comité de suivi du Grenelle de la mer. Il est un élément central de la gouvernance maritime de la France.

Avec l’appui du conseil, une stratégie nationale de la mer et du littoral (SNML) est rédigée, pour fixer les orientations de la politique nationale de la mer et du littoral qui est encore, un secteur d’action où on a encore beaucoup de leviers pour assurer la croissance économique nationale.

Lors de cette réunion parisienne, la première vice-présidente a pu mettre en avant les problèmes structurels de la mer et du littoral à Mayotte qui sont les principaux freins au développement de notre département. Ainsi elle a pu forger son argumentaire sur les problématiques de l’assainissement et du traitement des eaux qui sont des préalables à toute politique de développement de l’économie maritime et littorale à Mayotte.

Pour les plans sectoriels en direction des activités traditionnelles, qui sont la pêche et l’aquaculture, elle a évoqué les problématiques de desserte portuaire et de modernisation de la flottille Mahoraise et a pu faire valoir l’importance de connaitre l’état de la ressource halieutique de la  ZEE de Mayotte « le point zéro » de la ressource ». Cette stratégie est une chance pour notre département pour faire de la mer et du littoral un de nos leviers de développement grâce au déploiement du document stratégique de bassin maritime (DSBM) (notamment le bassin maritime sud Océan Indien).

Dans le cadre de la déclinaison stratégique, le Conseil départemental de Mayotte souhaite mettre en exergue 4 axes stratégiques :

  • faire de Mayotte une place forte pour le développement du commerce Maritime (hub maritime) 
  • faire de la mer un réel facteur de développement de l’économie mahoraise (développement de l’emploi grâce à des activités innovantes)
  • Réduire la pression exercée sur la ressource halieutique de la ZEE de Mayotte (connaître d’état de la ressource)
  • la structuration de la filière pêche et aquacole de Mayotte (équipement structurant, port de pêche)

Ces contacts noués avec ces hauts fonctionnaires du ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer nous permettent d’escompter une meilleure suivie de ces dossiers majeurs pour le développement  de Mayotte.