Publié le 8 août 2018 à 08h13 (il y a 2 mois environ) dans « Environnement »
Recensement en zones  agricoles des lémuriens bruns : bilan d'étape
Bilan d'étape sur la formation des agents de terrain de la DEDDE au recensement en zones agricoles des lémuriens bruns de l’île de Mayotte.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

La fréquentation des plantations par des primates est une situation connue témoignant des effets de la déforestation. En perdant leur habitat, les lémuriens bruns perdent aussi des ressources alimentaires et, pour survivre, se nourrissent en partie dans les parcelles agricoles.

Mayotte enregistre un mécontentement croissant de la part des cultivateurs à l’encontre des makis et des roussettes depuis la fin des années quatre-vingt-dix, mécontentement qui s’est intensifié ces dernières années. Ces deux espèces protégées par des conventions internationales ratifiées par la France sont en train de devenir des « pestes animales à Mayotte. »
Afin de documenter cette situation, une étude pour mesurer les taux de prélèvement en parcelles agricoles débutait en 2015-2016 en collaboration avec la Chambre d’Agriculture, de la Pêche et de l’aquaculture de Mayotte (CAPAM). Elle se poursuit jusqu’en 2018. 

Sous la direction scientifique du Dr Laurent Tarnaud (Chercheur associé du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris), l’étude inclut un volet formation de 4 agents de la Direction de l’Environnement du développement durable et de l’Energie (DEDDE) du Conseil départemental aux techniques de recensement et d’observation des animaux et plus spécifiquement des lémuriens.

Ce lundi 6 août 2018 à 9h dans la salle DRH du Conseil départemental va se tenir une présentation du bilan d'étape 2017-2018 sur le projet du recensement des maquis présidée par Mme Raissa ANDHUM 3ème vice-présidente en charge de l’Environnement et du développement durable.

Document à télécharger


Toute l'actualité