Publié le 20 juillet 2020 à 11h45 (il y a 21 jours environ) dans « Conférence des RUP »
Mayotte  réunit les Présidents des RUP pour un positionnement politique commune
Réunion des présidents des CRUP par visioconférence qui échangent avec le Président de la Commission « Développement régional » du Parlement européen et la Commissaire européenne en charge de la cohésion et des réformes.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

Depuis le 7 février 2020, Mayotte préside officiellement la Conférence des Présidents des régions ultrapériphériques (CPRUP). C’est donc en cette qualité que le Président du Conseil départemental de Mayotte, Soibahadine IBRAHIM RAMADANI, a réuni l’ensemble des présidents des RUP le mercredi 15 juillet dernier par visio-conférence à la veille du Conseil européen des 17 et 18 juillet. Des temps d’échanges avec le Président de la Commission « Développement régional » du Parlement européen, M. Younous OMARJEE et la Commissaire européenne en charge de la cohésion et des réformes, Mme Elisa Ferreira ont aussi été réservés.

Cette rencontre s’inscrit dans la poursuite des actions menées par Mayotte pour la défense de l’ultrapériphérie dans un double contexte de crise sanitaire, économique et social et de la négociation du futur budget de l’Europe. En effet, dès le 7 avril 2020, le Président du Conseil départemental alertait les plus hautes instances européennes sur la situation de vulnérabilité aggravée des RUP face à la crise.
Plus de trois heures durant, les Présidents des RUP, le Parlement européen et la Commission européenne, sous l’égide de Mayotte, ont échangé autour de l’instrument Next Generation (Recovery Assistance for Cohesion and the Territories of Europe (REACT-EU) et le plan de relance européen, d’une part et, d’autre part, le nouveau Cadre financier pluriannuel, tous deux proposés par la Commission européenne en mai dernier.

La conférence virtuelle du jour plaidait pour un accord qui visait à :

  • Mettre la politique de cohésion au cœur du Cadre financier pluriannuel avec un budget plus ambitieux, sans aucune réduction de la proposition présentée par la Commission Européenne ;
  • Garantir un traitement conjoint des RUP dans la proposition du nouveau Cadre financier pluriannuel et maintenir le taux historique de cofinancement à hauteur de 85% pour les RUP afin d’accompagner la reprise et d’assurer la convergence économique, sociale et territoriale des Régions ultrapériphériques ;
  • Renforcer les allocations budgétaires pour la politique agricole commune, y compris le POSEI, et la politique commune de la pêche ;
  • Garantir le caractère additionnel de la nouvelle allocation surcoût du FSE +, laquelle ne saurait être créée par un simple redéploiement de l’actuelle allocation surcoût du FEDER ;
  • Garantir, lors de la répartition des enveloppes nationaux du REACT EU, une prise en compte de l’impact important de la crise dans les Régions ultrapériphériques ;
  • Mettre en œuvre la « Facilité pour la reprise et la résilience » en impliquant les RUP par une approche territoriale et en incluant un chapitre qui leur soit spécifiquement dédié dans le cadre des futurs plans nationaux lesquels devront être co-construits ;
  • Favoriser les investissements destinés à renforcer la résilience des appareils sanitaires de ses régions et leur donner les moyens de faire face aux nouvelles crises qui pourraient se produire. Les Régions ultrapériphériques doivent notamment pouvoir pleinement bénéficier du nouveau programme de l’UE pour la santé ainsi que du programme RescEU;
  • Assurer la mise en œuvre de mesures renforcées de contrôle des voyageurs, en réalisant des contrôles en amont des départs pour les Régions ultrapériphériques qui en exprimeraient la demande, afin de trouver un équilibre entre sécurité sanitaire de la population et des visiteurs et une reprise économique sans risque ;
  • Investir pour réduire le déficit d’accessibilité et la fracture numérique dans les Régions ultrapériphériques afin d’améliorer l’accès de leurs populations, notamment les plus vulnérables, aux outils collaboratifs ;
  • Adapter les critères d’éligibilité du Mécanisme pour une transition juste afin qu’il ne soit pas axé uniquement sur des régions à forte intensité de carbone mais que la transition écologique par la dé-carbonisation des économies des Régions ultrapériphériques soit aussi pleinement soutenue, en ligne avec la position du Parlement Européen ; 
  • Veiller à ce que la future taxe sur les émissions de CO2 ne constitue pas un obstacle supplémentaire pour la connectivité des régions ultrapériphériques,
  • Décliner des mesures spécifiques pour les RUP dans le paquet « Tourisme et transports », en reconnaissant leur dépendance aux transports aériens et maritimes et l’importance du tourisme pour leurs économies.

Après plus de trois heures d’échanges et de débats très nourris, les Présidents des neuf RUP ont adopté, à l’unanimité, une déclaration commune quant à leur positionnement politique sur la relance et la résilience des RUP après la crise de la COVID-19.  Celle-ci est transmise aux institutions européennes.

 

Document à télécharger