Publié le 23 juillet 2020 à 12h08 (il y a 2 mois environ) dans « Insécurité »
GMC : à la rencontre sur le terrain des groupes de  médiation citoyenne

Le 4e vice-président Issa Issa Abdou et le préfet Jean-François Colombet à Dzoumogné à la rencontre des groupes de médiation citoyenne

.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

À la suite d’une longue série de violences qui, parfois, ont atteint un niveau sans précédent, le Département et l’État prenaient toutes leurs responsabilités en présentant le 11 mars dernier un plan de sortie de crise concrétisé par la signature d’une convention partenariale de mise en œuvre de groupes de médiation citoyenne le 28 mai 2020.

C’est ainsi que de rencontres sur le terrain de ces dits groupes ont été organisées le mardi 21 juillet dernier. Une tournée qui est partie de Dzoumogné dans le nord de l’île à Labattoir en Petite-Terre avec des points d’arrêt à Kaweni et Dembéni. Objectif : constater sur le terrain la mise en œuvre de ce dispositif qui doit apporter « une réponse à la délinquance juvénile, à la petite délinquance » afin de rassurer et d’apaiser la population.

Pour rappel, la mise en œuvre de ces groupes de médiation citoyenne est confiée aux associations Coup de pouce, Fahamou Maecha, Messo et Mlezi Maore qui se répartissent la somme de 428 412 euros. Le Département a recruté pas moins d’une centaine d’emplois aidés  qui encadrent les quelques 600 à 700 bénévoles, notamment dans les zones identifiées à tensions, chargés d’une mission de médiation de terrain. Par ailleurs, le Fonds de développement social (FDS) est abondé d’un million d’euros supplémentaires passant ainsi à 4 millions d’euros.