Publié le 20 novembre 2020 à 07h18 (il y a 8 jours environ) dans « L'Europe s'engage »
Mayotte  accueille la XXVe Conférence des présidents des RUP (CPRUP)
Mayotte préside les CPRUP.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

« Les incertitudes pesant sur la situation sanitaire nationale et européenne comme les retours émanant des différentes institutions et des collectivités partenaires m’ont conduit à repenser la proposition d’organisation de la XXVe Conférence des RUP »  indiquait, le 15 octobre dernier, Soibahadine Ibrahim Ramadani, président du Conseil départemental de Mayotte et président de la Conférence des présidents de régions ultrapériphériques (CPRUP).

Les jeudi 26 et vendredi 27 novembre prochains, cette XXVe conférence annuelle se tiendra donc en visioconférence, Mayotte souhaitant en faire un temps fort exemplaire en conservant le dialogue politique avec les Institutions européennes en dépit du contexte sanitaire. La conjoncture actuelle  invite à repenser en profondeur  l’empreinte écologique (moins de déplacements), mais aussi  l’importance de l’accessibilité numérique pour les territoires  les plus éloignés, en recherchant des moyens innovants de valorisation de l’ile au lagon.

Cette présidence de la CPRUP 2020  par Mayotte reste fortement marquée par la situation sanitaire inédite – liée à la pandémie de la Covid-19 - et par la nécessaire solidarité qui en découle. « Le soutien de l’Europe demeure central pour la relance et la résilience de nos régions » rappelait le président Ramadani lors du forum des RUP du 13 octobre dernier. « Les échanges lors de ce Forum et l’étude de la Commission européenne sur l’impact de la crise sanitaire, économique et sociale sur nos Régions devront éclairer plus en avant pour une prise en compte pertinente et adéquate de la situation des RUP. Indéniablement, les secteurs stratégiques des RUP et leurs entreprises devront être soutenus fortement » ajoutait-il.

L’emploi, en particulier des jeunes,  le bien-être social et économique des concitoyens de ces territoires ainsi que le maintien « des acquis RUP » seront donc au cœur des préoccupations à l’heure où se finalisent à Bruxelles les négociations sur le prochain budget européen. « La crise sanitaire met, plus que jamais en exergue, le retard criant et le besoin urgent de rattrapage » a également précisé le président, insistant sur les enjeux et les urgences, notamment ceux  d’investissements massifs en infrastructures de base en matière de santé, d’accès à l’eau, d’assainissement, de transport, de désenclavement aérien, maritime et numérique, mais aussi d’une meilleure structuration des filières pour réduire le poids du secteur informel, d’accompagner les secteurs traditionnels et émergents, notamment le numérique. Le développement d’infrastructures d’éducation et de formation est également une nécessité à Mayotte comme dans les RUP, urgence qui figure au cœur des discussions marquant cette présidence, placée sous le signe de la solidarité.

L'Europe s'engage à Mayotte