Publié le 2 juillet 2021 à 21h05 (il y a 1 moi environ) dans « Politique »
Le président Ben Issa Ousseni entend « être le président de tous les Mahorais »
Le nouveau président élu Ben Issa Ousseni.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DCIP

Le nouveau président du Conseil départemental se dit très fier que cette responsabilité importante lui ait été confiée. « J’en mesure toute la charge. C’est mon 3e mandat mais j’ai pleinement conscience de la responsabilité qui m’incombe désormais. C’est un immense honneur – je le vis de cette façon - de pouvoir continuer à  servir Mayotte et sa population » indique-t-il.

Il adresse des « remerciements particuliers aux électeurs du canton de Tsingoni qui m’ont fait confiance, à mon prédécesseur Soibahadine Ibrahim Ramadani dont j’ai été un des vice-présidents et qui m’a énormément appris, aux élus qui ont proposé ma candidature, aux service qui ont préparé cette belle séance d’ouverture ».

Il s’adresse aujourd’hui aux habitants de Mayotte. « J’ai entendu leurs attentes, je mesure les impatiences qui sont les leurs sur des questions majeures comme les transports, comme la sécurité, comme l’emploi et le développement économique, comme la préservation de la biodiversité…. » Le nouveau président compte bien user de tous les leviers à sa disposition « pour agir concrètement pour Mayotte et sa population ».
Ben Issa Ousseni assure avoir besoin de tout le monde « des élus de l’exécutif de toutes les sensibilités, des maires et des élus de Mayotte, des associations, des agents départementaux, des entreprises bien malmenées durant la crise et bien sûr de l’Etat. Nous devons unir nos forces pour agir vite pour Mayotte ».
S’agissant du message du scrutin, « les élections des 20 et 27 juin ont montré une réelle volonté de renouvellement, avec beaucoup de nouveaux visages. La population de notre île a voté massivement à rebours de la Métropole. Des attentes fortes existent aussi sur la participation des habitants aux grandes décisions qui les concernent. Notre jeunesse exprime aussi un désarroi qu’il faut entendre. J’entame, pour ma part, un 3e mandat, j’ai une solide expérience mais j’ai conscience de toute l’implication qu’exigent ces nouvelles fonctions. J’entends bien être un président de la proximité, un président de la modernité, un président qui porte partout la voix des mahorais… Je veux être le président de tous les mahorais ! » conclue-t-il.
Le nouveau président « tend la main à tous les élus, l’heure n’est plus aux rancœurs, aux calculs, aux querelles, nous devons agir, dans le respect des sensibilités de chacun, pour Mayotte. Les Mahorais ne comprendraient pas qu’il en soit autrement. Il y a un temps pour tout ! ». Le présidentprend ces nouvelles fonctions « avec un sens aigu de ce qu’elles nécessitent : de l’énergie, du dynamisme, mais surtout la recherche permanente de l’intérêt général ».  

Il précise que son « état d’esprit n’est pas à la fête, ni au triomphalisme mais au rassemblement de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés parce que certains chantiers importants doivent avancer qu’il s’agisse de la formation, de la lutte contre la précarité, de l’aménagement du territoire, ou des mobilités ».
« Je veux aujourd’hui dire à la population de Mayotte que rien ne pourra se faire sans elle. Le Département prendra toute ses responsabilités, je m’y engage, mais rien ne sera possible sans le concours de toutes les forces vives…. »  ajoute-t-il.

A propos des chantiers ou dossiers « prioritaires », il note : « J’étais dans le précédent mandat Vice-président en charge de l’économie : le développement économique de Mayotte me tient particulièrement à cœur. La crise sanitaire a considérablement fragilisé ce tissu. Nous devons continuer d’être aux côtés des acteurs économiques pour créer les conditions d’un développement harmonieux, maîtrisé ».
La question de la sécurité, « même si ce n’est pas à proprement parler une compétence départementale, me semble nécessiter un partenariat renforcé avec tous les acteurs comme l’Etat, la Justice, l’Education nationale, les communes et les intercommunalités ».

« Le défi écologique aussi est une priorité que nous devons défendre : Mayotte doit valoriser ses atouts, mais pour les valoriser, il faut protéger cette extraordinaire biodiversité » indique le président, notant « qu’elle nes’oppose pas au développement des infrastructures nécessaires ». Il précise que le nouvel exécutif « va se mettre au travail tout de suite et qu’il souhaite le concours de l’ensemble des élus départementaux pour Mayotte ».

En termes d’aménagement, des dossiers lancés comme l’extension de la piste longue (80 millions d’euros du CD), l’aménagement du quai n°1 au port de Longoni, les constructions d’équipement sportifs pour les Jeux des Iles 2027 doivent se concrétiser.